Espèces observées en mer

 

Nous vous proposons de mieux connaître les différentes espèces qu'il est possible d'observer pendant la sortie. Si certaines espèces en particulier vous intéressent, pensez à bien regarder la période optimale pour leur observation.

 

Pingouin torda (Alca torda)
Envergure : 60 à 69 cm.
Difficile de croire qu’il soit possible d’observer des pingouins sous nos latitudes !
Et pourtant… Il est souvent confondu avec son cousin le Manchot (dont la traduction anglaise est « penguin »), habitant des terres australes et antarctiques. Ces deux oiseaux poursuivent et capturent le poisson sous l’eau en s’aidant de leurs ailes, mais seul le pingouin est capable de voler.

Migrateur, il est régulièrement observé au plus froid de l’année dans les eaux poissonneuses du Golfe du Lion.

 

Fou de Bassan (Morus bassanus
Envergure : 170 à 192 cm.
L’harmonie blanche du plumage adulte de cet élégant et grand oiseau pélagique n’est rompue que par l’extrémité noire de ses ailes et sa nuque jaunâtre. Une alimentation à base de poissons amène parfois le fou à suivre les navires qui rejettent à la mer les déchets de leur pêche. Voilà un juste retour des choses, si l’on se souvient qu’autrefois les pêcheurs repéraient certains bancs de poissons grâce à ses spectaculaires plongeons.

Puffin de Méditerranée (Puffinus yelkouan
Envergure : 78 à 90 cm.
Blanc dessous et brun dessus, cet oiseau au plumage contrasté se rencontre au large ou près des côtes, le plus souvent en bande de plusieurs dizaines à centaines d’individus. La population méditerranéenne continentale (300 à 400 couples) nidifie sur les îles d’Hyères et de Marseille, dans des terriers et crevasses.

Puffin des Baléares (Puffinus yelkouan mauretanicus)
Envergure : 75 à 90 cm. 
Race très proche du Puffin de Méditerranée, s’en distinguant subtilement par sa silhouette plus massive, sa taille légèrement plus grande, mais surtout par la coloration plus sombre des flancs, des axillaires, des sous-caudales et une bande sombre en travers des couvertures sous-alaires. Il se reproduit exclusivement sur les îles des Baléares. En hiver et au printemps, près des côtes camarguaises, quelques individus sont régulièrement observés dans le sillage du navire en compagnie des P. de Méditerranée.

Puffin cendré (Calonectris diomedea
Envergure : 112 à 126 cm.
Proche parent de l’Albatros, il plane à basse altitude, sans effort apparent, en utilisant les courants d’air générés à la surface des vagues. Son envergure de plus d’un mètre en fait le plus grand des puffins de Méditerranée. De près, on le reconnaît à son plumage gris brunâtre sur le dessus et blanc en dessous. Il possède un épais bec jaune.

Mouette rieuse (Larus ridibundus)
Envergure : 100 à 110 cm. 
L’adulte se distingue de la Mouette mélanocéphale par son bec fin et ses pattes d’un rouge sanguin, par le bord de ses rémiges primaires sombres et sa silhouette fine. L’adulte en plumage nuptial a un capuchon chocolat. Espèce peu marine et sédentaire en Camargue. Elle est observée régulièrement lors des sorties en mer, mais ne s’éloigne jamais de la côte à la différence de la Mouette mélanocéphale, bien plus marine.

Mouette mélanocéphale

(Larus melanocephalus
Envergure : 94 à 102 cm.
L’adulte présente un plumage blanc immaculé, si ce n’est le capuchon noir et la coloration rouge du bec et des pattes. L’espèce est également identifiable à son « miaulement » émis en vol par des groupes d’oiseaux comptant parfois plusieurs centaines d’individus. Contrairement à la Mouette rieuse, elle se rencontre fréquemment au large des côtes.

Mouette tridactyle (Rissa tridactyla)
Envergure : 95 à 120 cm. 
Mouette marine de taille moyenne, assez trapue. L’adulte rappelle le Goéland cendré par sa taille et son bec jaune, mais s’en distingue par ses pattes noires. En hiver, elle a une marque grise sur les joues. Depuis 2008, on note à nouveau des observations régulières de quelques individus (2-3) lors des sorties hivernales. Les juvéniles et 1er hiver ont un net « w » noir visible sur le dessus des ailes.

Mouette pygmée (Larus minutus)
Envergure : 75 à 80 cm. 
Espèce la plus petite de la famille des Laridés (goélands & mouettes). Petit bec fin et noir, pattes assez courtes, ailes arrondies et entièrement noires sur le dessous. Vol léger. L’adulte a les pattes rouges, le dessus gris argenté et le bout des rémiges tout blanc. En période nuptiale la tête est noire sans croissant oculaire blanc. Se rencontre en bandes parfois importantes en migration dans les eaux camarguaises, également sur certaines zones d’hivernage (golfe des Saintes-Maries-de-la-Mer). Espèce régulière lors des sorties en mer et abondante en avril en migration.

Goéland leucophée (Larus michaellis
Envergure : 120 à 140 cm.
Ce grand goéland au comportement grégaire présente une coloration de plumage variant avec l’âge : les individus les plus jeunes revêtent un plumage brun, remplacé au terme de 4 années de mues successives, par un manteau gris. L’oiseau atteint alors sa maturité sexuelle. Sa taille imposante, ses pattes et son bec jaune le distinguent des autres représentant de sa famille (Laridés : mouettes & goélands). C’est l’espèce la plus représentée lors de nos sorties (90 % des oiseaux).

Goéland brun (Larus fuscus)
Envergure : 135 à 150 cm. 
Ce grand goéland est une espèce régulièrement observée lors de nos sorties en mer bien que les individus dénombrés soient peu nombreux (2-3). L’adulte se distingue du Goéland leucophée principalement par la coloration noirâtre de son manteau et du dessus de ses ailes. Vues par-dessous, les extrémités des rémiges sombres le distinguent également du G. leucophée. Bec et pattes jaunes.

Goéland railleur (Larus genei)
Envergure : 100 à 110 cm. 
Espèce peu marine et très occasionnelle lors des sorties en mer. Peut être confondu avec la Mouette rieuse bien que l’allure générale de ce goéland paraisse plus élancée et qu’il ne possède pas de capuchon noir (cf. M. rieuse). La blancheur du cou et de la tête constitue un bon critère de reconnaissance. Bec long, fin et rouge foncé. L’adulte possède une coloration nuancée rose sur la poitrine.

Goéland d’Audouin (Larus Audouinii)
Envergure : 125 à 140 cm. 
Goéland méditerranéen plus petit que le G. leucophée. L’adulte se distingue de ce dernier par la coloration noire de ses pattes et son bec rouge vif, cerclé de noir, dont l’extrémité est jaune. Dans le bassin occidental de la Méditerranée, il niche sur les îles de Corse, Sardaigne, Baléares et dans le delta de l’Èbre. C’est une espèce observée très occasionnellement lors de nos sorties en mer.

Goéland cendré (Larus canus)
Envergure : 110 à 120 cm. 
Goéland de taille moyenne aux allures de Mouette en raison de sa petite tête et de son bec fin. Bec et pattes jaunes. En vol, les croissants blancs du bout de l’aile constituent un bon critère de reconnaissance. Se mélange volontiers aux goélands leucophée. Visiteur régulier lors de nos sorties en mer, mais en petit nombre (1-2 individus).

Guiffette noire (Chlidonias niger)
Envergure : 64-68 cm. 
Bien que se reproduisant dans les marais d’eau douce, elle hiverne en mer ; en migration, elle est observée en nombre important sur les côtes de Camargue au printemps et en automne. L’adulte en plumage nuptial est facilement reconnaissable à sa tête et son ventre noir, ses ailes gris cendré et le dessous de la queue blanc, contrastant avec le noir du ventre. Les guifettes sont observées en groupe. Lorsqu’elles se nourrissent, elles volent sur place et picorent la surface de l’eau. Vol léger et gracieux.

Sterne naine (Sterna albifrons)
Envergure : 50 à 55 cm. 
La plus petite des sternes, observables près du littoral, en train de pêcher en effectuant un vol stationnaire à quelques mètres au-dessus de l’eau avant de plonger. Les ailes sont fines et la queue peu échancrée. Se reconnaît à son bec jaune à bout noir, sa calotte noire et la tache frontale blanche. Oiseau nicheur estival que l’on rencontre à partir de la fin du mois de mars.

Labbe parasite (Stercorarius parasiticus
Envergure : 110 à 120 cm. 
Il s’agit du labbe le plus répandu. Régulier et abondant (7-8 individus différents lors d’une sortie) sur les côtes camarguaises en période de migration prénuptiale (mars-avril-mai). Comme chez les labbes pomarin, il existe une forme sombre et une forme claire. Il se distingue du L. pomarin et du L. à longue queue par la forme pointue de sa queue et sa silhouette élancée. Le plus kleptoparasite des labbes, il a tendance à traquer ses victimes plutôt qu’à les attaquer directement.

Labbe à longue queue (Stercorarius longicaudus)
Envergure : 105 à 115 cm. 
Espèce occasionnelle en Camargue (avril-mai) car son couloir de migration habituel est la façade atlantique. La plus petite des 4 espèces de labbes. Se distingue de tous les labbes par sa longue queue et particulièrement ses 2 longs brins. Nicheur de la toundra arctique.

Plongeon imbrin (Gavia immer)
Envergure : 125 à 145 cm. 
La plus grande des 3 espèces observables en Camargue. En plumage d’hiver il se distingue du P. arctique par son bec fort et sa grosse tête marquée par un front abrupt pouvant présenter une protubérance, et également le demi-collier visible à la base du cou, que ne possède pas le P. arctique. L’espèce est observée en Camargue généralement au printemps et à l’automne, près des côtes.

Plongeon arctique (Gavia arctica)
Envergure : 110 à 130 cm. 
Espèce discrète et solitaire, occasionnellement observée lors des sorties en mer en hiver et au printemps, près du littoral. En plumage d’hiver, le dessus du corps brun-gris est plus sombre que la calotte grise ; à cette période, sa taille et son plumage sombre peuvent le faire confondre avec le Grand cormoran. Il s’en distingue par son bec fort tenu droit et de forme pointue. Il plonge en douceur en se laissant glisser alors que le G. cormoran plonge en prenant un léger élan.

Grand cormoran (Phalacrocorax carbo
Envergure : 130 à 160 cm.
Le plus grand des cormorans. Se reconnaît à son plumage entièrement noir à l’exception de la tache blanche à la cuisse chez les adultes nicheurs, et de la poitrine plus claire chez les jeunes. Le vol est direct et les battements d’ailes sont rapides. Peu à l’aise au décollage, l’oiseau marche sur l’eau lourdement avant de prendre son envol. Pêche souvent en groupe de plusieurs dizaines d’individus.

Grand dauphin (Tursiops truncatus)
2,5 à 3,5 m / 200 à 400 kg
Population en Méditerranée : 200 en Corse, 200 dans le Golfe du Lion, une petite population autour des îles d’Hyères. Espèce très côtière.
Identification : dauphin à bec
Animal trapu à robe entièrement grise plus claire sur le ventre. Escorte volontiers les embarcations.

Liste des espèces observables 

 

Oiseaux marins
- Plongeon arctique : occasionnel - hiver et printemps
- Plongeon imbrin : très occasionnel - hiver et printemps
- Grèbe huppé : commun - hiver
- Grèbe à cou noir : commun - hiver
- Puffin de Méditerranée : commun - et printemps
- Puffin cendré : très occasionnel – printemps
- Océanite tempête : occasionnel - hiver et printemps
- Fou de Bassan : commun - hiver et printemps
- Eider à duvet : occasionnel - hiver 
- Grand cormoran : commun - hiver et printemps
- Macreuse noire : occasionnel - hiver
- Macreuse brune : occasionnel - hiver
- Grand labbe : régulier – hiver et printemps
- Labbe parasite : régulier – printemps
- Labbe pomarin : très occasionnel – printemps
- Labbe à longue queue : très occasionnel – printemps
- Goéland leucophée : commun - hiver et printemps
- Goéland argenté : occasionnel – hiver et printemps
- Goéland brun : régulier – hiver et printemps
- Goéland cendré : régulier – hiver et printemps
- Goéland railleur : occasionnel - printemps
- Goéland d’Audouin : très occasionnel - hiver et printemps
- Mouette mélanocéphale : commun - hiver et printemps
- Mouette rieuse : régulier – hiver et printemps
- Mouette tridactyle : occasionnel – hiver 
- Mouette pygmée : commun - printemps
- Sterne pierregarin : commun - printemps
- Sterne naine : commun - printemps
- Sterne caugek : commun – hiver et printemps
- Sterne caspienne : occasionnel - printemps
- Guifette noire : occasionnel - printemps
- Guifette moustac : occasionnel - printemps
- Pingouin torda : commun – hiver
- Macareux moine : très occasionnel - printemps

 

Oiseaux terrestres en migration
- Aigrette garzette : occasionnel - hiver et printemps
- Grande aigrette : occasionnel - hiver et printemps
- Héron cendré : occasionnel - hiver et printemps
- Flamant rose : occasionnel - hiver et printemps
- Tadorne de Belon : occasionnel - hiver et printemps
- Canard colvert : occasionnel - hiver et printemps
- Sarcelle d’hiver : occasionnel - hiver 
- Caille des blés : occasionnel - printemps
- Busard des roseaux : occasionnel - printemps
- Epervier d’Europe : occasionnel - printemps
- Bondrée apivore : occasionnel - printemps
- Tourterelle des bois : occasionnel - printemps
- Martinet noir : occasionnel - printemps
- Hirondelle de cheminée : commun - printemps
- Hirondelle de rivage : occasionnel - printemps
- Alouette des champs : occasionnel - printemps
- Bergeronnette printanière : commun - printemps
- Rouge queue à front blanc : occasionnel - printemps
- Rouge-gorge : occasionnel - printemps
- Pouillot véloce : occasionnel - printemps
- Pouillot fitis : occasionnel - printemps
- Fauvette à tête noire : occasionnel - printemps
- Hypolaïs polyglotte : occasionnel - printemps

 


 

ACTUS

 

Baleines & dauphins à

Canet-en-Roussillon

Dernières croisières : 21 et 28 octobre

voir toutes les dates

 

Baleines & dauphins à Sanary-sur-Mer

Sortie dimanche 22 octobre annulée (météo)

Dernière croisière dimanche 29 octobre

voir toutes les dates

 

Grands dauphins à Port-Vendres

Rendez-vous au printemps !

voir toutes les dates

 

Oiseaux marins à La Grande Motte

Prochaine sortie le 11 novembre

voir toutes les dates

 

Retrouvez l'exposition Pelagos